Sélectionner une page

Alors, pourquoi débuter le Wing ? Car c’est méga cool ! Comme beaucoup, nous étions réticents à l’idée d’essayer notre première wing. Ce n’est qu’avec quelques heures sur l’eau à notre actif que nous avons développé une véritable attraction pour ce nouveau sport. Nous avons été surpris par la simplicité, la polyvalence et surtout les sensations en navigation. Alors oui, il y a des étapes à valider avant de performer, mais rien de bien compliqué, surtout si vous êtes déjà un adepte du foil ou d’un sport de glisse nautique (surf, paddle, windsurf, kitesurf etc.). Timothée, Cédric et moi-même avons décidé de répondre aux questions que se posent le plus les futurs wingeurs. En voici le compte-rendu…

Le plus difficile en wing-foil : Le water start !

C’était LA grande question lors de la sortie du wingfoil : comment démarrer sur l’eau avec une wing ?! A ce moment-là, les personnes sur les réseaux sociaux s’en donnaient à cœur joie : « impossible de se lever avec une wing ! ». Il a fallu attendre les premières vidéos officielles et explicatives des marques et des anonymes comme nous pour apaiser le questionnement sur le sujet.

Pour se lever en wingfoil il faut oublier le beachstart. Tout se passe sur l’eau ! Voici les étapes :

  1. Mettez-vous dans l’eau avec votre hydrofoil et la wing,
  2. Installez-vous sur vos genoux au milieu de la planche,
  3. Toujours sur les genoux, placez la wing au-dessus de vous pour ne pas quelle touche l’eau,
  4. Vous pouvez déjà commencer à vous déplacer dans cette position en ajustant la prise au vent de la wing,
  5. Toujours avec la wing en l’air, levez votre jambe avant et stabilisez-vous,
  6. Levez vous entièrement en positionnant une jambe au milieu de la planche et l’autre au niveau du mât,
  7. Pompez votre foil afin de gagner en vitesse.

Et, car souvent les mots ne suffissent pas à se rendre bien compte, voici un water-start réussi en vidéo (et profitez-en pour vous abonner à notre chaine Youtube, merci !) :

Gardez tout de même à l’esprit que la difficulté d’apprendre quelque chose de nouveau est toujours quelque chose de très subjectif, tout comme la fatigue. Sur les réseaux sociaux, il y a plusieurs vidéos qui promettent de vous apprendre en 5 minutes tournent, mais honnêtement ce n’est pas réaliste. En quelques minutes, vous pouvez peut-être apprendre si vous vous appelez Kai Lenny, sinon cela prendra un peu plus de temps. Si vous souhaitez débuter simplement, débuter sans foil avec une planche de SUP. Vous n’irez pas vite mais aurez déjà quelques bons réflexes.

Les étapes du waterstart en image. Présentation par Bruno Sroka.

Quant à la fatigue, si le vent est suffisant, l’aile flotte dans l’air pour ne pas être trop fatigante.  Ensuite, comme pour tout, en affinant la technique, vos mouvements deviennent de plus en plus efficaces et vous gaspillez de moins en moins d’énergie.

Concrètement, que peut-on faire avec une aile de wing ?

Beaucoup se demandent encore s’il est possible de sauter et de faire du freestyle, si elle peut être utilisée pour surfer sur les vagues, à quel point elle peut rebondir, à quelle vitesse elle peut aller et ainsi de suite. Pour l’instant le marché est encore figé à 7 ou 10 surfaces différentes et dans une optique de freeride. Les ailes peuvent donc être utilisées pour le freeride et donc simplement pour surfer et s’amuser même avec une planche sans foil.

Avec une planche sup, il sera un peu plus difficile de surfer, et la maniabilité n’est pas au top, mais avec un peu de technique et un sup pas trop encombrant, vous pouvez vous amuser. Il est clair qu’en ajoutant un hydrofoil à la planche de stand-up paddle on va aller plus vite et la planche deviendra plus intéressante.

Et niveau freestyle. Eh bien oui ! l’aile de wing vous permet de sauter assez facilement. Ici, mieux vaut privilégier une planche avec un volume raisonnable et/ou un poids léger.

Quelles sont les conditions idéales pour faire du Wingfoil ?

La discipline étant encore très nouvelle et en développement, la réalité est que les véritables limites de ces nouvelles ailes sont encore en cours d’expérimentation. Néanmoins, à ce jour le « lightwind » domine largement. Les ailes de wing ont en fait besoin d’un peu de vent pour fournir l’impulsion nécessaire pour soulever la planche de l’eau et utiliser le foil, à la fois pour flotter dans l’air et réduire l’impact de son propre poids.

En wingfoil, les sensations arrivent très rapidement.

En d’autres termes, pour profiter d’une aile de 4m² qui est la surface la plus vendue au monde actuellement. un rider d’environ 70kg aura besoin d’environ 13-15 noeuds de vent.

Vincent : Mes 5 astuces pour commencer le wingfoil !

Pour débuter avec une wing il faut tout d’abord se faciliter la vie et se mettre dans les meilleurs conditions possibles. Il est inutile de vouloir débuter dans des conditions trop fortes ou s’il vous manque quelques cours de SUPfoil ou Surf-Foil. Si vous désirez débuter le wingfoil dès ce week-end, voici quelques astuces que j’ai pu mettre en place pour mon cas personnel :

  • Commencez par un spot d’eau flat : Combattre une houle plus importante, le varech et le surf à l’entrée/sortie ne fait qu’ajouter une complexité à votre défi actuel. Vous n’avez peut-être pas de plan d’eau plat dans les environs, mais si vous en avez un, il devrait être votre premier choix jusqu’à ce que vous maitrisiez l’association Foil + Wing.
  • N’oubliez pas votre équipement : Qui dit nouveau sport dit nouveaux rituels. Le foil, la pompe pour la wing, le leash ou le bout… Bref, il serait dommage d’annuler votre session ou de la « bousiller » à cause d’un mauvais équipement ou d’une mauvaise préparation.
  • Préparez-vous à lutter contre le froid (si vous êtes dans une eau froide, bien sûr) : Bon, nous dans le Var ça va. Mais pour les autres… Si vous débutez, vous tomberai. Il faudra donc vous préparer psychologiquement et ne pas lésiner sur l’épaisseur de votre combinaison.
  • Apprenez à manier le matos séparément : Si vous ne maitriser pas ou peu le foil, il est important d’apprendre étape par étape. Commencez par maitriser votre foil, pompez et prenez de beaux virages. Une fois cela acquis (peut-être même sur plusieurs longues sessions), vous pourrez passer à l’apprentissage de la Wing sur le sable (base du maniement). Ce n’est qu’ensuite que je conseille de débuter sur l’eau avec une wing et un SUP (sans foil !). Une fois que le manque de vitesse vous frustrera, mettez-y le foil pour voir !

Qui dit nouveau sport dit nouveaux réflexes. Il faudra se rendre à l’évidence et accepter de repartir (quasiment) à 0 ! Bon l’avantage c’est que grâce à moi vous avez quelques astuces qui fonctionnent pour débuter plus facilement. Mettez de côté vos aprioris et vos « égos » de prorideurs en kite ou windsurf et amusez-vous comme un gosse. Ce sport, nous l’avons tous les 3 dans la peau aujourd’hui et comptons le défendre bec et ongles pour en faire un sport à part entière, ce qui, est sensiblement déjà le cas.

N’hésitez pas à nous contacter via la page contact du site et à nous poser vos questions. Nous acceptons aussi de recevoir photos et vidéos que nous pouvons partager sur le site wing.fr et nos différents réseaux sociaux !

C’est une petite wing pour l’homme mais c’est une grand bonheur pour l’humanité.