Sélectionner une page

Oui, le wingfoil est un sport, mais je vais jouer la carte de l’objectivité (orientée) .Avec des débats très alimentés depuis l’année dernière et la sortie des premières images de wing, les débats furent nombreux et parfois houleux sur les réseaux sociaux. Néanmoins, force est de constater que depuis quelques mois, avec la hausse de la pratique, la tendance se confirme et le wing est un nouveau sport nautique à part entière. Pour les plus sceptiques, nous allons démontrer par les 5 preuves qui vont suivre ce que nous avançons, que beaucoup avancent et que les plus grandes marques et rideurs disent également : le wing, wingfoil, wingsurf représentent un sport !

Et pas n’importe lequel, c’est un sport qui se veut plus facile d’accès (que le windsurf ou même le kitesurf) et qui offre des sensations de libertés en navigation se situant entre le surf pur et les autres sports nautiques tractés. Ne pas avoir tout un quiver avec un harnais et un mât ajoute aussi au wing un côté pratique que beaucoup apprécient. En plus de cela vient s’ajouter donc les 5 principales raisons qui font de la wing un sport qui ne cessera de faire parler de lui.

1.      Tous les nouveaux sports ont connus une phase de critiques

Souvenez vous juste du début du kitesurf. Ne vous rappelez-vous pas des nombreuses critiques que les windsurfeurs émettaient (et émettent toujours) à propos du kite ? C’est la même chose ici pour le wing. En plus d’être parfois critiqué pour sa « simplicité » (critiques émanant généralement de personnes qui ne s’y sont jamais vraiment essayé), le côté « gadget » était, à la sortie des premières wings, la critique la plus récurrente.

Aujourd’hui il suffit de voir ou en est le kitesurf pour se rendre compte que ce ne sont pas les avis qui font d’une discipline un sport mais ce sont les pratiquants eux-mêmes. Les plus grosses compétitions, les plus grands noms et marques sont aujourd’hui dans le kite et il ne faudra guère longtemps pour que la même chose se passe pour la naissance du wingfoil, ce nouveau sport nautique.

Après plus d’un an de WING en France, ce sport s’est entièrement démocratisé.

« Il ne faut pas oublier qu’au début tout le monde disait qu’une wing c’est pratique dans le coffre s’il n’y a que du lightwind, ça dépanne. Les mêmes qui sont prêts aujourd’hui à investir dans une planche Fanatic Sky Wing à 1000 € pour aller avec leur 2ème aile de wing. Oui, c’est un sport à part entière ».

Je rejoins Vincent sur ce sujet car nous les premiers avions imaginé la wing comme « solution de secours ».

2.      Des compétitions officielles 100% Wing ont déjà vues le jour

Dorénavant reconnu par la Fédération Française de Voile (ainsi que la FFVL = petit fight ?) , le wingfoil a déjà vu apparaitre boin nombres de compétitions freeride/race dans toutes la planète. La première course de wingfoil à eu lieu en aout dernier aux Etats-Unis (Kanaha Beach) et à ouvert le chemin à une dizaine d’autres compétitions dans le monde. Italie, Espagne ou encore France, tous ces pays ont vu s’organiser des compétitions de wingfoil.

Bientôt une Red Bull Wing Trophy ? On en n’est pas encore là !

Autre compétition plus parlante, le wingfoil est officiellement représenté pour le Mondial du Vent 2020 avec le Cap Leucate Wingfoil Ultra Race qui devait se tenir le week-end dernier mais COVID-19 oblige.

Autre élément important qui ne concerne pas directement la compétition mais la formation. De nombreuses écoles disposent de wing pour la formation à cette dernière. Or, bon nombre d’écoles voulaient, au départ, utiliser les ailes de wing comme étape de formation au windsurf. Clairement, la tendance c’est inversée et ce n’est pas tout…

3.      Les marques ne cessent d’investir dans la R&D sur le Wingfoil

Un modèle de wing en 2019, le double ou le triple en 2020. Les conceptions ont été revues, les plages de vent et d’utilisation aussi pour développer et affiner le matériel nécessaire à la pratique du wingfoil. Dès le départ d’ailleurs les marques ont trouvées des formules différentes, tantôt avec un wish, tantôt avec des poignées ou des fenêtres PVC.

Wish or not wish, le débat fût long et l’est encore concernant la Foil Wing.

La stratégie des marques était différente selon les ingénieurs ce qui donne au wingfoil, déjà, une certaine « personnalité sportive » avec des options différentes selon les marques, modèles et années.

De plus, comme nous l’avons souvent dit, la naissance du wing n’a pu se faire que grâce à l’existence (et la popularisation) du foil qui représente quand même la dernière plus grosse évolution dans le monde des sports nautiques. Là encore, des modifications sont apportées aux ailes avant pour mieux intégrer la pratique du wing (ou simplement l’ajout d’un guide d’utilisation spécifique à la pratique).

4.      Des planches sont créées spécifiquement pour la pratique du wing

F-ONE en premier, puis Sroka et Fanatic, ces 3 marques ont pris les devants en proposant une planche 100% dédiée à la pratique. Cela démontre (déjà) que le wingfoil nécessite un matériel spécifique pour s’adonner correctement à ce sport.

Sky Wing, Rocket WIng ou encore Sky Rider, une conception wing-friendly.

Ce sont des planches de SUP, généralement légères, qui se veulent donc plus courtes mais gardent un beau volume sous les pieds. Un mélange parfait entre volume et compacité pour un sport qui nécessite un décollage facile et une manœuvrabilité extrême de votre planche de wing. Bien choisir une planche de wingfoil est essentiel aujourd’hui pour une pratique de la wing exploitée à 100%. Cette différence de shape vis-à-vis d’un paddle « traditionnel » tend à dissocier ces deux planches et donc à éloigner la pratique du SUPfoil à celle du Wingfoil. En clair, oui vous pouvez faire du wingfoil sur un SUPfoil mais une planche de wingfoil pure se voudra bien plus performante et le temps (avec la recherche et les retours des rideurs) creusera encore plus de différences entre ces deux sports.

5.      Une demande toujours en hausse et des wingeurs de multiples horizons

La demande fait aussi la réussite et en matière de wing, il y en a comme dans aucun autre sport nautique. Bien que cela puisse caractériser une tendance qui ne signifie en rien la pérennité de ce sport de glisse, les retours des néo-wingeurs démontrent une appétence forte pour cette nouvelle pratique.

« Rien que dans mon entourage et sans me compter, nous sommes 3 à avoir totalement délaissé nos ailes de kite pour se focaliser à la wing. »

Windsurfeurs, kiteurs, peu-importe votre sport, le wing vous attire !

Cette phrase prononcée par Vincent est un fait. Bon nombre de kiteurs ou véliplanchistes ne jurent plus que par le wingfoil et délaissent en partie ou totalement leurs matos habituel pour se perfectionner en wing. Comme vous le savez, nous êtions 3 kiteurs et avons décidé de pratiquer quasi-exclusivement le wingfoil mais ce n’est pas pour autant qu’on ne sort pas nos ailes de kite dans les belles conditions.

Comme souvent, le temps donnera raison aux différents parties. Mais il faut avouer que la critique d’une wing qui serait « gadget » revient de moins en moins dans les débats et les discours, alors que de plus en plus de témoignages apportent du crédit et des spécificités à ce sport que tous les plus grands athlètes du monde de la glisse ont ou vont tester. Les années qui arrivent vont donc permettre à cette pratique de se développer et de se démocratiser davantage.